L'histoire de la génétique à Gif-sur-Yvette

racontée par ses acteurs

Gif-sur-Yvette
Le campus de Gif au début des années soixante. Au centre le bâtiment tout neuf de l'Institut de chimie des substances naturelles. En haut à droite 'l'ancienne génétique' abrite le laboratoire de génétique des virus de P. L'Héritier et celui de génétique physiologique de B. Ephrussi. C'est dans l'espace situé entre l'ICSN et le bâtiment du livre (à G.) que sera bâti le Centre de génétique moléculaire . Au premier plan, au milieu des arbres, la route nationale 306 le long de laquelle seront construits les logements des chercheurs (photo CNRS).

En 1946, à l'instigation de l'Institut de biologie physico-chimique et fort du soutien de la fondation Rockefeller, le CNRS installe sur le campus de Gif s/ Yvette des laboratoires destinés à la génétique expérimentale, à la biologie cellulaire et moléculaire, des disciplines jusque là développées davantage à l'étranger que dans notre pays. Aux côtés de leurs collègues de l'Institut Pasteur, les chercheurs y ont assuré l'essor de ces nouvelles sciences de la vie.

Boris Ephrussi ('The CNRS laboratories at Gif sur Yvette', R. Burian & J. Gayon)

La génétique formelle (puis génétique des virus) de Philippe L'Héritier

La génétique des populations de Georges Teissier (N. Givernaud)

Madeleine Gans et la génétique  de la drosophile (D. Cabet-Busson, C. Lamour-Isnard, O. Ozier-Kalegeropoulos) avec Georges Prévost  (J-C Gallen, F. Le Hégarat)

Piotr Slonimski et la génétique mitochondriale (E. Kulakowska, J.-F. Picard)


En 1958, pour aider au développement de la biologie et de la génétique moléculaires, la Délégation générale à la recherche scientifique et technique décide de transformer le laboratoire de Boris Ephrussi en 'Centre de Génétique Moléculaire' (CGM-CNRS). Claude Lévi, le directeur des Sciences de la vie au CNRS, organise le CGM en trois sections  

Piotr Slonimski pour la génétique de la levure, prend la direction du CGM

Janine Beisson pour la génétique structurale des paramécies

Vittorio Luzzati pour la biophysique des protéines et des lipides

Par la suite, le CGM a été dirigé par Jean-Claude Mounolou qui avait isolé l'ADN mitochondrial de la levure, puis par André Adoutte un spécialiste de la phylogenèse.

RETOUR AU SOMMAIRE

© Illustrations : CNRS images - Conception graphique : Karine Gay